.
11 février 2009
- Tu m'as tellement poussé à boutte

Ce qui me fait encore plus chier, c'est de le voir passer la fin de semaine avec mes enfants à avoir du fun. Avant ç'aurait été moi qui aurais été là et pas lui. Si je l’avais en face de moi et que je savais me battre, je pourrais peut-être le défigurer, ça me ferait du bien. Mais ne t’en fais pas, j’essaierai de me contrôler la prochaine fois. Tu m'as tellement poussé à boutte, que j'ai dû me sauver pour me protéger. Les mécanismes de défense que j'utilisait n'étaient plus suffisants contre toi.


.