Catégorie: Poésie

10/Jul/2010

La dépression ou l'effondrement du système philosophique

Permalien 11:55:00 pm par yves-isabelle, Catégories: Poésie, Yves Isabelle, Philosophie
La dépression ou l'effondrement du système philosophique

Une longue vie s'annonce
en moi s'est installé la pénombre
qui est-elle cette ombre
qui me poursuit comme une sonde?

Quand la raison s'en va
en moi résonne le son du glas
qui est-il celui là
qui sans la raison peut marquer le pas?

La dépression est un train
roulant tous feux éteint
dans quel état serai-je demain?
La vie est un voyage sans chemin

L'ÉMERGENCE
Qui sommes-nous dans cet univers complexe?
Des individus solitaires cherchant la raison
rire ou pleurer tout cela n'est qu'une annexe
c'est l'espoir et l'espoir seul qui nourrit l'horizon


© Yves Isabelle










3/Jun/2010

Indifférence de la Joconde - (poème de Yves Isabelle)

Permalien 05:09:25 pm par yves-isabelle, Catégories: Poésie, Yves Isabelle

    Ses lèvres pincées retenaient la passion
    Nonobstant les indignes métaphores
    Que sont les indifférents au milieu de la foule
    Fuyant les regards amères qui les sondent

    Ses yeux s'offrant à la soumission
    Torturés par des amours en or
    Avaient choisi pour bercer la houle
    Le voyageur rester figé sur l'onde

    Le labyrinthe rempli de lumières et de sons
    Hurlait des airs scintillants de tords
    J'ai senti la vie perdre ses derniers joules
    Commandée par le bout de ses ongles

    Le réveil du solitaire est un demi pardon
    Le don de soi marchandé à prix fort
    J'attendrai le prochain rêve sous un "soul"
    Songeant à son indifférence de Joconde

    © Yves Isabelle










2/Jun/2010

Le crépuscule du sionisme

Permalien 02:01:17 pm par yves-isabelle, Catégories: Poésie, Opinions, Yves Isabelle
    Le sionisme vagabondait sa lingerie d'orgueil
    Maquillant à outrance les yeux de satan
    Provoquait le guerrier « larme à l'oeil »
    Crépuscule ne sera que venin karman

    © Yves Isabelle










28/Mai/2010

L'autre jour à ma porte ont frappé deux témoins de Jehovah pour me parler

Permalien 05:13:23 pm par yves-isabelle, Catégories: Poésie, Yves Isabelle
L'autre jour à ma porte ont frappé
Deux témoins de Jehovah pour me parler
Avant de les faire entrer
J'ai essayé de leur expliquer
Que moi j'étais relativement athée

Point n'en fit
Le plus grand des deux
Avait déjà brandi
Le livre de dieu

Devais-je sourire
Où faire le pieux?
Je choisis le pire
Je fis le sérieux

D'une fin du monde à l'autre
Tour de Babel riche et pauvre
Tout y passa sur un ton rauque
Ainsi parlait mes deux apôtres

Quand ils en furent partis
C'est dans un coin que je m'assis
Et là me disant « hostie »
S'il en est ainsi tant pis
Moi je suis en vie
dans cette univers infini

© Yves Isabelle










24/Mai/2010

Courte biographie de Arthur Rimbaud

Permalien 10:38:12 am par yves-isabelle, Catégories: Poésie

Arthur Rimbaud naquit le 20 octobre 1854 à Charleville (France)

En 1871 il envoya à Verlaine quelques poèmes qui s'empressa de lui répondre « Venez chère grande âme, on vous appelle, on vous attend. » Il arriva chez les Verlaine à l'automne de 1871 ( - Verlaine vivait chez ses beaux-parents - ). Le 7 juillet 1872 ils fuguent tous les deux en Belgique et en Angleterre, cette fugue se termina de facon tragique. Verlaine le blessa d'un coup de revolver le 10 juillet 1873. Ce qui mit fin à leur relation ils ne se revirent jamais.

Il s'enrola en juin 1876 comme mercenaire dans l'armée néerlandaise pour une durée de six ans, il s'embarqua le 10 juin 1876 à bord du Prinz van Orange, le voyage dura six semaines. Le navire accosta le 23 juillet 1876 à Batavia. Trois semaines après son arrivée il déserta (15 août 1876). Le 31 décembre 1876 il était de retour à Charleville.

Au printemps de 1877 il reprit la route pour Hambourg et il visita les pays scandinave à l'automne il était de retour à Charleville, il repartit aussitôt pour Alexandrie mais il tomba malade à bord du navire et fut débarqué sur la côte italienne. Il retourna à Charleville pour presque une année où il travaillat sur la ferme familiale.

Il quitta de nouveau la maison en octobre 1878, il se rendit de nouveau à Hambourg puis traversa les Alpes à pied pour enfin arriver à Lugano où il prit le train pour Gènes d'où il s'embarqua sur un bateau en partance pour Alexandrie, ensuite il se rendit à Chypre où il fut engagé comme contremaitre de janvier à juin 1879. C'est la typhoïde qui le forca a rentrer chez lui.

Son père mourrut en cette année de 1879

En novembre 1880 il était à Harar où il occupa un emploi comme négociant jusqu'en octobre 1885. Il arrive à Tadjourah en novembre 1885 dans le but de faire le trafic d'armes, après plusieurs contraintes il décida de mener seul une expédition dangereuse jusqu'à Ankober dans le but de vendre sa cargaison d'armes à Ménélik (négus d'Éthiopie). Il arriva à Ankober (Choa) le 6 février 1887, de dure négociation l'y attendait avec Mélénik où il n'eut pas le meilleur.

À son retour en juillet 1887 il écrivit au sujet de son voyage.

« J'ai les cheveux absolument gris. Je me figure que mon existence périclite. Figurez-vous comment on doit se porter, après des exploits du genre des suivants : traversées de mer et voyages à cheval, en barque, sans vêtements, sans vivres, sans eau, etc., etc. Je suis excessivement fatigué. je n'ai pas d'emploi à présent. J'ai peur de perdre ce que j'ai. »

Il publia dans "Le Bosphore égyptien" le récit de son voyage.

Dix mois après son retour du Choa, en mai 1887 il était toujours sans emploi.

En mai 1888 Tian (trafiquant d'armes) envoya Rimbaud à Harar pour qu'il dirige un comptoir commercial qu'il venait d'y fonder. Il occupa ce poste jusqu'en 1891. Il tomba gravement malade au cour de l'hiver de 1890-91 il dut liquider ses affaires à perte au printemps et quitter le Harar le 7 avril 1891. Il arriva à Marseille où, aussitôt arrivé, il fut admis à l'hopital de la Conception, ou on lui amputa la jambe droite.

Le 20 juillet 1891 il retourna à la maison familial de Roche, cependant son état de santé au lieu de s'améliorer s'empira mais il s'entêta a vouloir repartir, ce qu'il fit le 23 août 1891 accompagner de sa soeur , son idée première était de se rendre à Aden, mais c'est à Marseille que le voyage se termina; il fut transporté à l'hopital Conception de Marseille, et c'est là qu'il mourrut le 10 novembre 1891 sa soeur Isabelle à son chevet.

En 1901 on lui éleva un monument à Charleville

    Notes:
  • - La chasse sprirituelle qui, selon Verlaine fut sa plus belle oeuvre
    ( - Le manuscrit fut perdu irrémédiablement lorsque Verlaine quitta sa femme. - )
  • - Alcide Bava nom qu'il signait quelquefois à l'age de 18 ans
  • - -Djami le nom de son serviteur à Harar
  • - - Le vagabond sur la face du globe nom qu'il aimait se donner

Lettre qu'il écrivit à sa famille vers 1888 de Harar

« Je m'ennuie beaucoup, toujours ; je n'ai même jamais connu personne qui s'ennuyât autant que moi. Et puis n'est ce pas misérable, cette existence sans famille, sans occupation intellectuelle, perdu au milieu des nègres dont on voudrait améliorer le sort et qui, eux, cherche à vous exploiter et vous mettent dans l'impossibilité de liquider des affaires à bref délai ? Obliger de parler leur baragouin, de manger de leur sales mets, de subir mille ennuis provenant de leur paresse, de leur trahison, de leur stupidité ! Le plus triste n'est pas encore là. Il est dans la crainte de devenir peu à peu abrutit soi-même, isolé qu'on est de toute société intelligente. »


Décès le 10 novembre 1891 à l'âge de 37 ans
Quelques poèmes de Rimbaud

Rechercher sur ce blogue

Google


Yves Isabelle sur Twitter

Archives complètes

Juillet 2017
Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
 << <   > >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Flux XML

  1. RSS 2.0: Articles
  2. Atom: Articles
powered by b2evolution free blog software